Licencié(e)-Assuré(e) ? Numéro A.S. : Nom : Prénom : Sport :

Document sans nom
CF Sports ind. | CF Sports d'équipe | Coupes de France | Inscriptions compétitions ind.
Recherchez un licencié plus rapidement sur votre mobile : http://www.sport-u.com/form aaaaaaaa


Vendredi 27


C’était vendredi 13 !
Avant-dernier jour de compétition à Harbin et nouvelle journée faste pour l’équipe de France ! Les Bleus ajoutent  trois médailles à leur collection : l’argent pour le relais mixte en biathlon et le doublé argent-bronze pour Jonathan Midol en combiné et slalom. Le record de sept médailles, établi à Innsbruck en 2005, est définitivement pulvérisé. Avec treize podiums au compteur, la France reprend la septième place à la Pologne au classement des Nations. Demain, dernières épreuves au programme tricolore : le mass-start en biathlon masculin et féminin, avant la cérémonie de clôture à vingt heures.

Biathlon
Le soleil irradie le stade de biathlon de Maoershan. Il est 12h30 et Rémi Borgeot franchit la ligne d’arrivée, drapeau tricolore au vent. Les biathlètes français tiennent leur exploit : une médaille d’argent, derrière l’intouchable relais russe. L’Ukraine, troisième, pointe à plus de trente secondes. Après l’argent du même Rémi Borgeot sur le 20km individuel, c’est la deuxième médaille du biathlon tricolore sur cette Universiade. Le fruit d’un travail d’équipe avec, par ordre d’apparition, Anaïs Bescond, Laure Bosc et Yann Guiguonnet. Tous habitués des podiums mondiaux juniors, les quatre jeunes gens confirment là leur talent naissant. Réactions.
Guillaume Abrand, co-entraîneur tricolore : « C’est une super belle journée. On savait que ce serait dur. Les Russes étaient imprenables mais on craignait beaucoup les Biélorusses et les Ukrainiens. On visait plutôt une troisième place à condition que tout le monde fasse le job comme il faut. C’est allé au-delà de nos espérances. Ils ont tous fait une super course en étant super costaud au tir. On est les seuls à ne pas prendre de tour de pénalité. On les savait capable de la faire, ils ont parfaitement répondu à nos attentes. Une médaille en relais, ça a une saveur particulière. Tout le monde est récompensé. C’est tellement dur à avoir. Chacun doit sortir sa course le même jour. Au départ de cette Universiade, on s’était fixé deux objectifs : l’individuel et le relais. On ramène deux médailles d’argent, l’objectif est atteint. Par rapport à d’autres Nations, on a un groupe très homogène. Hormis Anaïs qui débute se ses années séniors, les trois autres sont encore juniors, ça rend leur performance encore plus belle. L’avenir leur appartient et s’ils continuent à bosser comme ça, on entendra parler d’eux»
Yann Guiguonnet (IUT Annecy) : « On réalise une super course. On a su élever le niveau, car sur le papier on était loin d’être à cette place. On sait qu’il y a toujours des grosses équipes qui peuvent craquer devant et qu’il ne faut jamais rien lâcher. C’est ce qu’on a fait aujourd’hui, tous ensemble. On s’était fixé cette médaille comme objectif. C’est génial de l’avoir atteint tous ensemble. Ca restera un énorme souvenir ».
Laure Bosc (Université de Provence) : « C’est une très belle matinée. On ne s’attendait pas à cela car, on ne partait vraiment pas favoris. On savait qu’il fallait être tous solides au tir. C’est ce qu’il s’est passé. C’est marrant parce que ce matin, avant le départ, on était tous pas très bien (rires). Tout le monde avait un petit problème mais au final, tout s’est bien passé. Pour moi cette course était la plus importante de l’Universiade car c’est la seule où l’on est tous ensemble. Même par rapport à mes titres de championne du monde juniors en individuel (NDLR : en 2007 sur le sprint 6km et le 10km), cette médaille a une saveur particulière. On est encore plus heureux de pouvoir partager son bonheur à l’arrivée »

 

Anaïs Bescond, première relayeuse française, au tir couché




Anaïs Bescond, au tir debout



1er relais tricolore : Bescond - Bosc





Laure Bosc, seconde relayeuse française, au tir couché






Laure Bosc, au tir debout




Deuxième relais tricolore : Bosc - Guiguonnet






Toute la souffrance de Laure Bosc, après la violence de l'effort












Yann Guiguonnet, troisième relayeur fançais, au tir couché








Yann Guiguonnet, au tir debout




Troisième et dernier relais tricolore : Guiguonnet - Borgeot






Yann Guiguonnet, lui aussi marqué par l'effort






Rémi Borgeot, dernier relayeur français, au tir couché






















Avec les coachs, Samule Chazelas, à droite et Guillaume Abrand, à gauche














Le relais russe, médaillé d'or






 

Ski alpin
En prenant la troisième place du slalom messieurs aujourd’hui à Yabuli, Jonathan Midol a réussi un joli coup double. Outre la médaille de bronze, cette nouvelle performance lui permet en effet de a décrocher l’argent au combiné. 8e de la descente, 4e du super G, 2e du géant, le
 Bornandin a affiché une belle régularité tout au long de cette Universiade dont il devient, avec trois médailles, l’athlète français le plus titré.
 
Jonathan Midol (IUT Annecy) « Sur la première manche, ce n’était pas facile de partir premier, sans temps de référence. J’ai eu de très bonnes sensations. Les mecs passaient, mon temps restait. Puis Cédric (NDLR : Roger) signe le meilleur chrono. On termine un et deux. Sur la seconde manche, mon objectif est surtout d’arriver en bas, car je joue la médaille au combiné. Du coup, je ne lâche pas tout. Contrairement à Cédric qui, lui, prend tous les risques et sort. A l’arrivée, je fais trois et je prends l’argent au combiné. C’est super à l’image de cette Universiade où je me suis éclaté tant humainement que sportivement. Le niveau était plus élevé que ce que j’attendais.  Mon avenir ? Actuellement, je m’entraîne avec le Comité Mont-Blanc, l’inscription me coûte 5 000€ par an sans compter les frais divers.  Malheureusement, j’ai été blessé trois mois cet automne. Du coup, cette saison  a été un peu difficile. J’ai quand même fait une Coupe d’Europe, mais sans marquer les esprits. Mon objectif est de réintégrer le groupe France à terme sinon le ski de haut-niveau sera fini pour moi. Même si j’ai la chance d’être à l’IUT d’Annecy où l’on a des horaires très aménagés, je vais devoir faire des choix dans l'avenir»

Jonathan Midol

Cédric Roger, meilleur temps de la première manche, va hélas sortir à la deuxième






Jonathan Midol









Ski de fond
Pour l'ultime course de cette Universiade, le mass-start 15km, les fondeuses françaises ont de nouveau réalisé un superbe tir groupé : Aurélie Dabudyk termine 5e derrière un impressionnant quatuor russe, Anouk Faivre-Picon prend la 9e place, Pauline Caprini la 12e. Chez les garçons, Vincent Duchêne est 20e, Emilien Buisson 36e, Louis Deschamps, 38e.
 


 Imprimer cette page


aaaaaaaa aaaa

aaaaaaaa